Communauté financière

Interview - Patrick Bataillard, directeur général finances d’Edenred

«L’acquisition de CSI répond à notre stratégie de croissance sur le paiement interentreprises.»

Option Finance - 26 novembre 2018 - Propos recueillis par Anaïs Trebaul

Patrick Bataillard, directeur général, finances Edenred
Edenred

Edenred vient d’acquérir pour 600 millions de dollars CSI, une fintech américaine spécialisée dans les solutions de paiement interentreprises. Quels objectifs recherchez-vous à travers cette opération ?

Chez Edenred, nous avons choisi de bâtir notre croissance autour de trois métiers : les avantages aux salariés (Ticket Restaurant, notamment), les solutions de mobilité professionnelle (carte carburant…) et, depuis deux ans, le paiement interentreprises avec par exemple l’émission de cartes virtuelles (non plastiques). L’acquisition de CSI répond ainsi à notre stratégie de croissance externe et organique sur ce métier. En effet, cette opération va d’abord nous permettre d’intégrer le marché américain, où les opportunités de développement de ce segment sont importantes, puisque 65 % des paiements entre entreprises y restent effectués par chèque ! Ensuite, CSI va nous apporter une maîtrise technologique supplémentaire pour développer ces outils et un savoir-faire supérieur en matière d’accompagnement commercial chez nos clients.
 

Quelles sont les opportunités de développement des paiements interentreprises en Europe et en France ?

Depuis le lancement de nos cartes virtuelles sur le marché européen en 2017, nous en avons émis plus d’un million. Ces solutions ont séduit nos clients car elles permettent, notamment par rapport aux virements, de simplifier leurs contrôles.

Toutefois, en Europe comme en France, les paiements entre entreprises s’effectuent avant tout par virement. La valeur ajoutée d’une carte virtuelle y est donc moins importante qu’aux Etats-Unis. Les trésoriers et les comptables ont néanmoins besoin d’outils permettant de simplifier et de sécuriser leur processus de paiement. Pour développer nos solutions dans cette zone, nous misons donc avant tout sur la proposition de solutions sur mesure. Ces deux dernières années, nous avons par exemple déployé chez Foncia un dispositif fournissant un numéro d’IBAN à chaque propriétaire et locataire, permettant ainsi de les identifier plus clairement, de simplifier la réconciliation comptable de ces paiements et de les automatiser.


Quels sont vos projets pour ces prochains mois pour cette activité ?

L’acquisition de CSI va d’abord nous permettre de disposer de tous les éléments nécessaires pour déployer et enrichir nos offres en Amérique du Nord et en Europe.

Par ailleurs, nous allons continuer à déployer les grands contrats que nous avons récemment conclus. Nous sommes par exemple en train de mettre en place pour l’Association internationale du transport aérien (IATA) un outil permettant aux agences de voyages de ce réseau d’utiliser des comptes prépayés pour leurs réservations dans 110 pays.

Toutefois, pour l’instant, nous ne prévoyons aucun autre achat de l’ampleur de CSI au sein de cette activité pour les prochains semestres. En effet, cette acquisition et son intégration représentent un dossier particulièrement important pour Edenred, qui s’attend à ce que CSI réalise une croissance annuelle de son chiffre d’affaires de l’ordre de 20 % au cours des prochaines années.

À lire aussi

Anjuli Pandit, responsable Sustainable Primary Capital Market chez BNP Paribas

«Les obligations indexées à des objectifs durables sont promises à un bel avenir»

Interview - Mary-Françoise Renard, responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine (IDREC)

«Dans les dix ans qui viennent, le taux de croissance de la Chine pourrait tomber jusqu’à 5 %»

Clément Brumeaux, directeur International Development Desk au sein de la succursale du CIC à Hong Kong

«A Hong Kong, les marchés sont devenus attentistes»