Innovation

Emmanuel Rilhac, COO, ITESOFT

« Digitaliser pour se réinventer »

Option Finance - 26 mars 2021 - Parole d'expert

Digitalisation

Face à l’incertitude liée à la pandémie et aux nouvelles contraintes professionnelles, les directions financières n’ont jamais eu autant besoin de se réinventer.

Quels enseignements tirez-vous de la crise ?
51 % des DAF* déclarent que la crise liée à la Covid-19 a un « impact critique » sur leur entreprise. Cela a remis au premier plan le défi de la rentabilité et de la maîtrise des risques. La digitalisation des processus est certainement la réponse la plus efficace. En premier lieu dans le domaine du processus Procure-to-Pay, tant ce dernier revêt d’importants coûts – explicites et cachés – et comporte de nombreux risques avec une réglementation toujours plus exigeante. Notre conviction, en échangeant avec nos 650 clients, est que l’automatisation doit être maximale pour réussir ce passage d’étape. C’est pourquoi ITESOFT garantit les taux d’automatisation les plus élevés pour l’ensemble de ses clients. Attention, l’accélération des échanges digitaux entraîne aussi un accroissement des risques et tentatives de fraudes. Nous avons ainsi développé des technologies de rupture pour systématiser les contrôles et surtout les faire a priori, au moment où un document frauduleux tente d’intégrer le processus.

La digitalisation, c’est la clé du succès ?
C’est incontournable. 78 % des directions financières* envisagent d’investir dans la digitalisation de la fonction finance. La Covid-19 a accéléré les projets de digitalisation auprès des décideurs qui voient là un moyen de mieux gérer l’imprévisible et les questions de conformité, de lutter contre la fraude et de rester compétitifs dans un environnement concurrentiel toujours plus fort. Optimiser les processus Procure-to-Pay, automatiser les tâches de bout en bout, c’est aussi une façon de gagner en souplesse et en réactivité afin d’adapter les processus métier des entreprises aux nouveaux modes d’organisation : télétravail, relation à distance, portails fournisseurs. C’est l’une des spécificités de nos offres puisqu’elles reposent toutes sur notre socle Business Project Management qui répond à ce besoin d’adaptabilité.

La crise est-elle un levier pour se réinventer ?
Oui. Et au-delà de la crise, il y a d’autres opportunités digitales à saisir pour faire gagner les entreprises. Le passage à la facture électronique obligatoire pour tous dès le 1er janvier 2023 est un très bon exemple. Nous accompagnons les directions financières pour anticiper cette échéance et transformer cette évolution réglementaire en une réelle opportunité. En automatisant dès aujourd’hui, les entreprises intègrent naturellement les usages digitaux qu’imposera la réglementation en 2023 tout en bénéficiant immédiatement des apports de la dématérialisation : résilience, agilité, pilotage, réduction des coûts. Nos clients sont prêts pour cette transition. Ils peuvent d’ores et déjà traiter tout type de format de factures, y compris dans les nouveaux standards de factures électroniques en Europe, pour lesquels nous avons développé des connecteurs.

Quelle est la place de l’humain dans la digitalisation ?
Le contexte imprévisible de la crise Covid-19 a accéléré l’acceptabilité d’une plus forte digitalisation. Ces derniers mois, nous avons fait un bond en avant de 10 ans. Chez ITESOFT, nous nous efforçons d’aider les acteurs économiques engagés dans la transformation de leurs modèles, avec l’objectif de donner toujours plus de sens et d’intelligence aux femmes et aux hommes qui travaillent, chaque jour, avec nos solutions d’automatisation basées sur le cloud et l’IA. L’adhésion aux projets technologiques est d’autant plus forte si chacun gagne en utilité. Tous nos investissements R&D vont dans ce sens : développer des robots de capture d’information, de traitement de documents, de détection de fraudes qui vont faciliter le travail administratif et libérer du temps aux métiers pour des tâches à plus forte valeur ajoutée. Et nous leur donnons les moyens de cette ambition en leur fournissant aussi des outils clés en main pour piloter, analyser, faire du reporting ou interagir dans la relation fournisseurs. En résumé, nous voulons automatiser au maximum les processus et les flux, afin de replacer les acteurs humains au cœur de la décision.

* Source : PwC – Priorités 2021 du directeur financier, 9e édition.

À lire aussi