Allocation

Fonds de référence

La sélection d'Option Finance

Option Finance - 22 juin 2015 - Audrey Spy

Fonds actions

Malgré une plus forte volatilité sur les marchés financiers depuis le début de l’année, certains fonds continuent de se démarquer grâce à leur capacité à attirer des souscripteurs et surtout à offrir sur le long terme des performances attractives. Dans cette nouvelle édition des Fonds de référence, la rédaction d’Option Finance a retenu les produits ayant démontré la qualité et la pérennité de leur gestion sur les classes d’actifs traditionnelles privilégiées actuellement, comme les actions européennes, japonaises ou le crédit, ainsi que sur des segments porteurs comme les gestions diversifiées ou de performance absolue.

Obligations

Le retour de la volatilité sur les taux et la perspective d’une hausse des taux aux Etats-Unis poussent les investisseurs à privilégier les produits flexibles qui peuvent arbitrer entre différentes maturités, signatures ou zones géographiques. Par ailleurs, le mouvement en faveur des produits de diversification se poursuit au détriment des obligations souveraines.

Depuis le mois d’avril, la volatilité est de retour sur les taux. Ainsi, début juin, l’emprunt allemand à 10 ans a-t-il approché la barre des 1 %, alors qu’il y a quelques semaines seulement son rendement était négatif. Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale a averti de longue date qu’elle allait augmenter ses taux, les observateurs s’affrontent encore sur le timing. Malgré toutes ces incertitudes, la collecte se poursuit sur les produits obligataires. «Sur les quatre premiers mois de l’année, la collecte sur les fonds obligataires s’est élevée à 66 milliards d’euros, indique Thomas Lancereau, directeur de la recherche chez Morningstar France. Le pic de volatilité enregistré au mois d’avril n’a pas eu d’incidences sur le comportement des investisseurs.» La volatilité constatée récemment a même renforcé les tendances déjà observées depuis plusieurs mois sur le segment obligataire. «Les institutionnels ont diversifié leur poche obligataire, avance Frédéric Petiniot, directeur général d’Amadeis. Ils ont progressivement réduit leurs investissements en dette souveraine cœur de la zone euro pour aller chercher du rendement sur d’autres segments obligataires, d’autres zones géographiques ou d’autres approches de gestion obligataire, plus flexibles.»

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner