Investisseurs institutionnels

Investisseur institutionnel

L’Ircantec gère ses réserves avec un horizon de 30 ans

Option Finance - 4 novembre 2019 - Séverine Leboucher

Investisseur institutionnel

L’Ircantec gère ses réserves avec un horizon de 30 ans

Le régime de retraite des agents publics non-fonctionnaires s’est fixé des objectifs de solvabilité sur une génération et demie. Une vision à très long terme qui lui permet d’investir massivement en actions, mais aussi de construire une politique climat ambitieuse.

Assurer la retraite complémentaire des agents publics autres que les fonctionnaires : telle est la mission de l’Ircantec, un régime paritaire présidé depuis 2015 et jusqu’à la fin de l’année par Jean-Pierre Costes, représentant de la CFDT.

Jean-Pierre Costes, président du Conseil d’administration, Ircantec
Ircantec

«L’Ircantec est un régime de retraite complémentaire par répartition qui couvre à la fois des salariés non titulaires issus des trois fonctions publiques et des élus locaux indemnisés, par exemple ceux d’un conseil municipal ou régional, mais pas les parlementaires, qui ont un régime dédié», précise Jean-Pierre Costes. Ce qui représente 2,9 millions de cotisants et quelque 12 milliards d’euros à gérer… sans aucun salarié !

L’une des spécificités de l’Ircantec est en effet de déléguer l’ensemble de la gestion de son régime à la Caisse des dépôts, comme c’est le cas d’une poignée de régimes, souvent très spécialisés, comme celui de la Banque de France.

Vincent Delsart, directeur des investissements et de la comptabilité de la direction de la retraite et de la solidarité, Caisse des dépôts
Caisse des dépôts

«La direction de la retraite et de la solidarité de la Caisse des dépôts a la charge de la gestion administrative des retraites de l’Ircantec, mais aussi de sa gestion financière, explique Vincent Delsart, directeur des investissements et de la comptabilité de cette direction. Ce dernier volet occupe une dizaine de personnes sur les 700 collaborateurs mis à disposition de l’Ircantec au total.»

Une gestion entièrement déléguée

Eux-mêmes ne gèrent pas en direct les réserves du régime mais délèguent à des sociétés de gestion externes. Seule la gestion de la trésorerie – autour de 500 millions d’euros – reste dans le giron de la...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner