Stratégie

Elizabeth Corley, DG d'Allianz Global Investors

«L'industrie de la gestion d'actifs va être confrontée à des changements drastiques»

Option Finance - 07 octobre 2013 - Valérie Nau, Audrey Spy

Elizabeth Corley, directrice générale d'Allianz Global Investors

Appelés à intervenir de plus en plus dans le financement des économies européennes, les gérants d'actifs doivent en parallèle s'adapter à la demande croissante des clients pour un conseil plus global et sophistiqué. Directrice générale d'Allianz Global Investors, Elizabeth Corley détaille pour Option Finance les conséquences de cette évolution pour le secteur.

Elizabeth Corley a débuté sa carrière dans le domaine de l'assurance vie avant de rejoindre comme consultante puis partner le cabinet Coopers & Lybrand. Après avoir ensuite passé onze ans chez Merrill Lynch Investment Managers, cette spécialiste britannique de la gestion rejoint Allianz Global Investors en 2005. Elle est par ailleurs l'auteur de...quatre romans policiers.

Le financement de l'économie à long terme est un sujet qui préoccupe de plus en plus les acteurs économiques, compte tenu notamment des nouvelles règles bancaires qui vont limiter la distribution de crédits. Qu'en pensez-vous ?

Elizabeth Corley : Depuis la crise, un vrai problème de financement se pose aux entreprises européennes. La liquidité produite par les banques centrales n’arrive pas à bénéfi cier à l’économie réelle, tandis que, parallèlement, les banques sont entrées dans un processus de désendettement et de renforcement de leurs fonds propres qui les amène à restreindre l’octroi de crédits. Or ce sont elles qui financent pour l’essentiel les entreprises en Europe, contrairement aux Etats-Unis où ces dernières font appel en priorité aux marchés. En outre, on constate partout dans le monde, y compris aux Etats-Unis, un recul des actions en circulation et une baisse de leur poids dans les structures financières des entreprises : celles-ci préfèrent emprunter à bas taux pour racheter leurs actions et améliorer le retour sur investissement des actionnaires.

Ces rachats réduisent donc le volume d’actions...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner