Stratégie

Jacques-Aurélien Marcireau, co-directeur des gestions actions chez Edmond de Rothschild Asset Management

«Nous entendons accompagner l’émergence et le développement d’un secteur technologique en France»

Option Finance - 03 Juillet 2020 - Jacques-Aurélien Marcireau

Technologie, Investissements

Pour conserver sa place dans le monde, le Vieux Continent doit redevenir exportateur de technologie. Nous souhaitons dans cette perspective favoriser la croissance des entreprises françaises et européennes.

Aviez-vous déjà identifié, avant la publication du rapport Tibi, les freins au développement d’un secteur technologique en France et ses conséquences ?

Nous développons une expertise de longue date sur la thématique de la technologie et de l’innovation. Mais nous sommes obligés d’investir essentiellement aux Etats-Unis et en Asie principalement en raison de l’absence de très grands champions en Europe et a fortiori en France. Cette situation a des conséquences importantes en termes de souveraineté numérique, de création d’emplois qualifiés et de proposition de valeur pour les investisseurs qu’ils soient institutionnels ou particuliers. Nous saluons donc l’initiative Tibi qui s’attaque à cette problématique.

Quelle solution proposez-vous ?

Nous venons de lancer un fonds d’actions technologiques cotées, baptisé EdR Sicav Tech Equities, qui va permettre à nos investisseurs de capitaliser sur le potentiel de création de valeur du secteur, tout en recherchant des effets positifs sur l’écosystème d’innovation en France et en Europe. Le fonds observera une montée progressive de ses investissements dans l’Hexagone et l’UE qui représenteront jusqu’à 50 % minimum d’ici cinq ans. Ainsi, nous nous fixons une mission claire : capter la création de valeur et le potentiel d’appréciation, et s’engager en faveur d’acteurs locaux qui en retour irriguent nos territoires d’emplois qualifiés, répondent aux enjeux de demain et constituent des marqueurs importants de souveraineté. Pour conserver sa place dans le monde, le Vieux Continent doit redevenir exportateur de technologie. Nous souhaitons dans cette perspective favoriser la croissance des entreprises françaises et européennes.

Quelle est votre approche ?

Notre nouvelle stratégie recèle un objectif que l’on peut qualifier de «militant». En effet, en France depuis plus de 30 ans, à l’exception de France Télécom, aucune valeur technologique n’a rejoint le CAC 40. Nous sommes loin derrière les Etats-Unis et l’Asie, ce qui a des conséquences importantes sur la compétitivité de notre économie. Forts de ce constat, nous entendons encourager mais également accompagner l’émergence et le développement d’un secteur technologique en France et en Europe. Cette stratégie, qui s’adresse à la fois aux particuliers et aux investisseurs institutionnels, met l’accent sur la compétitivité et l’emploi qualifié. Elle vise à transformer en profondeur notre économie tout en recherchant la génération de performance. Nous portons une attention particulière à la gouvernance des entreprises. Nous sommes clairement dans une logique de retombées positives sur l’écosystème et nous nous efforcerons d’adopter une communication transparente sur cette démarche auprès des investisseurs et des entreprises que nous souhaitons accompagner.

Vous disposez aussi d’une stratégie sur le thème du big data, quelle est sa spécificité ?

Nous avons en effet lancé il y a cinq ans un fonds sur le thème du big data. Son objectif est d’accompagner les transformations de nos sociétés en se focalisant sur les secteurs les mieux positionnés pour tirer profit de la révolution en cours autour du monde de la donnée. Il s’agit d’un fonds atypique dans la mesure où il n’intègre pas seulement des entreprises technologiques spécialisées sur la donnée, mais l’ensemble des valeurs qui peuvent profiter de ces évolutions technologiques, et ce quel que soit le secteur d’activité.

Pouvez-vous citer quelques valeurs qui vous intéressent dans le cadre de ces stratégies ?

Il est important de marquer les différences entre les deux fonds : EdR Fund Big Data est un fonds thématique, par essence multisectoriel et transverse, qui dispose d’un socle de valeurs technologiques important (50 % du fonds minimum), à l’instar de Google, IBM ou encore de sociétés moins connues du grand public comme SailPoint ou encore Akamai dans la cybersécurité, mais également des acteurs traditionnels dans le secteur de l’assurance ou encore de la logistique, secteurs au sein desquels le big data va engendrer de profondes mutations.

Notre fonds EdR Sicav Tech Equities en revanche est entièrement centré sur le secteur des nouvelles technologies et de l’innovation, avec une orientation marquée en faveur des acteurs de la nouvelle génération, notamment en France et en Europe. Par conséquent, nous introduirons en portefeuille davantage de sociétés de petites et moyennes capitalisations. A ce titre, si un jour une entreprise comme Doctolib décidait de faire appel aux marchés cotés pour financer sa croissance et ancrer un positionnement de leader européen, nous serions particulièrement attentifs. 

Edmond de Rothschild Sicav Tech Equities est un compartiment de la Sicav de droit français EdR Sicav agréée par l’AMF et est autorisé à la commercialisation en France. Edmond de Rothschild Fund Big Data est un compartiment de la Sicav de droit luxembourgeois agréée par la CSSF et est autorisé à la commercialisation en France.

Juin 2020. Le présent document est émis par Edmond de Rothschild Asset Management (France). Document non contractuel conçu à des fins d’information uniquement. Les informations figurant dans ce document ne sauraient être assimilées à une offre ou une sollicitation de transaction dans une juridiction dans laquelle ladite offre ou sollicitation serait illégale ou dans laquelle la personne à l’origine de cette offre ou sollicitation n’est pas autorisée à agir. Ce document ne constitue pas et ne doit pas être interprété comme un conseil en investissement, un conseil fiscal ou juridique, ou une recommandation d’acheter, de vendre ou de continuer à détenir un investissement.