Blogs & analyses

L'analyse de Laurent Denize

Un rebond, certes, mais un avenir toujours incertain

15 mai 2020

Nous entrons dans une nouvelle phase de cette crise : même si nous constatons un rebond indéniable des marchés actions, ce mouvement s’est légèrement essoufflé à la fin du mois d’avril et un nouveau revers n’est pas à exclure. Jusqu’ici, les investisseurs ont été guidés par l’émotion, faute de données et de perspective, et devraient maintenant adopter une attitude plus pragmatique. 

Par ailleurs, nous constatons une dispersion accrue entre les secteurs et les pays. Au sein des marchés américains, le S&P 500 s’adjuge 12,8 %, devancé par le Nasdaq 100 qui, progressant de plus de 15 %, repasse en territoire positif en 2020. Également en fort rebond (+ 13,7 %), les petites et moyennes capitalisations du Russell 2000 rattrapent une partie de leur retard, dont la correction brutale en mars était partiellement liée à leur liquidité moindre. Parallèlement, l’Euro Stoxx et le FTSE 100 n’ont progressé que de 7 % et 4 % respectivement, performances qui peuvent s’expliquer par le caractère, en apparence, plus distant des levées de restrictions et des mesures budgétaires contracycliques en Europe.

Il faut ainsi rester vigilant, car seule une infime partie du ralentissement actuel s’est reflétée dans les chiffres du premier trimestre. Les estimations pour l’année entière ne cessant d’être revues à la baisse, il nous faudra attendre les prévisions du troisième trimestre pour évaluer la vitesse et le potentiel de redressement des revenus et des marges. Cependant, la levée effective, dans les prochaines semaines, des mesures de confinement sera déterminante pour appréhender toute l’ampleur de cette crise et les difficultés rencontrées par les entreprises pour relancer leurs activités.