Communauté financière

Interview - Aida Hamdi, secrétaire générale de la House of Finance

«La recherche doit participer à la reconstruction de la finance»

Option Finance - 25 février 2019 - Propos receuillis par Valérie Nau

Finance

Aïda Hamdi, secrétaire générale de la House of Finance, Université Paris-Dauphine
Université Paris-Dauphine

L’université Paris-Dauphine lance cette semaine, à partir du 28 février, sa quatrième édition des «House of Finance Days», un cycle de conférences qui réunit chaque année représentants du monde académique et professionnels de la finance autour des grands thèmes d’actualité du secteur. Comment a-t-elle été amenée à créer un tel événement ?

Dès 2013, Elyès Jouini, vice-président en charge de la recherche à l’université Paris-Dauphine, souhaitait créer un pôle finance bien identifié. Nous avons commencé par établir un diagnostic, qui a abouti au constat que nous disposions d’une offre très riche mais qui était globalement peu mise en valeur, voire dont nous avions finalement peu conscience ! L’université s’est en effet développée dans le champ de la finance à partir des années 1980 et une équipe de recherche a été créée presque aussitôt (aujourd’hui DRM-finance, au sein de Dauphine Recherche en management). Au total, avec plus de 100 chercheurs, 30 formations, 1 500 étudiants, un quart des thèses de doctorat relevant du champ de la finance, nous disposions d’une force de frappe unique en France dans ce domaine. Mais celle-ci méritait d’être davantage mise en valeur, tout comme la stratégie de multidisciplinarité qui a toujours prévalu au sein de l’université. La finance est, en effet, abordée dans différentes disciplines comme la gestion, l’économie, les mathématiques, mais aussi la sociologie, le droit, etc. Il fallait coordonner ces compétences au sein d’une entité. C’est ainsi qu’en janvier 2015 a été créée la «House of Finance». Celle-ci est dotée d’un comité d’orientation composé de huit membres représentant toutes les disciplines de Paris-Dauphine et est dirigée par Elyès Jouini. Son objectif premier est de valoriser l’ensemble de nos activités ayant trait à la finance et de renforcer notre positionnement en la matière. Les House of Finance Days ont été mis en place pour mieux coordonner les événements jusqu’alors organisés chacun de leur côté par les différents parcours de masters et chercheurs que regroupe la House of Finance, et pour vulgariser notre recherche.


Le cycle de conférences est consacré cette année à «la finance autrement». Pourquoi?


Ces journées sont l’occasion de traiter de façon pédagogique à la fois des sujets techniques et des sujets d’actualité. Nous souhaitons aider les participants à anticiper les changements en leur présentant les nouveaux modèles et réflexions qui émergent dans le monde de la finance. Nous sommes actuellement dans une période où des évidences sont remises en question, où la finance se réinvente, avec le Brexit qui va bouleverser la finance européenne… En parallèle, d’autres thématiques deviennent actuelles, comme les obligations vertes ou la finance éthique, la transition écologique, etc. A Paris-Dauphine, nous pensons que la recherche en finance doit participer à cette reconstruction en proposant des alternatives aux modèles standards et en traitant des sujets en lien avec les grands enjeux auxquels font face les sociétés, les marchés et l’économie.


Les House of Finance Days en sont à leur quatrième édition. Quel bilan tirez-vous de cette manifestation ?

Nous sommes très contents du succès qu’elle remporte. La première année, elle ne durait qu’une semaine, cette année, elle s’étale sur un mois et, après avoir été inaugurée par Bruno Le Maire en 2018, elle sera cette année clôturée par Christine Lagarde. L’événement avait réuni 1 200 participants en 2016, ils étaient 1 800 l’année dernière, dont 60 % de professionnels. Ceci nous a ainsi permis d’atteindre un autre objectif, celui d’élargir notre réseau de partenaires entreprises et de renforcer notre image auprès de ces dernières.

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»