Financement des entreprises et Trésorerie

Placements de trésorerie

Le pire est encore à venir

Option Finance - 14 octobre 2019 - Arnaud Lefebvre

Placements de trésorerie

Placements de trésorerie : le pire est encore à venir

Contrairement à ce qu’anticipaient les professionnels en placements de trésorerie un an plus tôt, les rendements offerts par les différents supports n’ont cessé de diminuer tout au long de 2019. Cette tendance, largement entretenue par le ralentissement économique mondial qui a contraint la BCE à continuer d’assouplir sa politique monétaire, est appelée à perdurer. Dans ce contexte, dénicher des produits dont la rémunération reste positive relève, pour les trésoriers, de la gageure.

Il y a tout juste un an, un certain vent d’optimisme commençait à souffler chez les professionnels en placements de trésorerie. A l’époque, une remontée des taux était anticipée lors de la seconde partie de 2019 dans la zone euro, consécutive à une normalisation graduelle de la politique monétaire. Mais le ralentissement économique mondial, provoqué en grande partie par la guerre commerciale sino-américaine, a douché ces espoirs. Non seulement les taux de marché ont continué de reculer – les taux midswap à cinq et dix ans sont passés depuis janvier de respectivement + 0,15 % à - 0,42 % et de + 0,80 % à - 0,15 % –, mais la Banque centrale européenne (BCE) a aussi décidé le mois dernier, en parallèle d’une relance de son programme de rachats d’actifs (QE), de baisser l’un de ses taux directeurs : le taux de la facilité de dépôt a ainsi été porté à - 0,50 %, contre - 0,40 %. «Dans ces conditions, percevoir une rémunération de 0 % pour ses placements de trésorerie est aujourd’hui devenu un réel motif de satisfaction pour une entreprise !» relève Cyril Merkel, trader au sein de la salle des marchés de Sanofi et président de la commission Placements de l’Association française des trésoriers d’entreprise (AFTE). Au sein des banques, il est en effet désormais quasiment impossible d’obtenir des rendements positifs, voire nuls, sur des comptes à terme d’une durée inférieure à quatre ou cinq ans. Quant aux fonds monétaires, qui font historiquement partie des supports les plus utilisés par les entreprises, les rémunérations offertes par les meilleurs d’entre eux avoisinent désormais - 0,15 %.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Florence Saliba, présidente de l’Association française des trésoriers d’entreprise (AFTE)

«Il faut anticiper les bouleversements qu’impliquent les innovations»

Emmanuelle Trichet, chef du service des titres des créances négociables de la Banque de France

«Nous accueillons favorablement toutes les innovations susceptibles de faciliter l’accès au marché des Neu CP»