Financement des entreprises et Trésorerie

Aides aux entreprises

Un soutien pour une industrie plus verte

Option Finance - 19 juin 2020 - Alexandra Milleret

Finance verte, Aides d'Etat, Entreprises, Coronavirus

Les députés vont examiner, à partir de cette semaine, le nouveau projet de loi de finances rectificatif pour 2020, le troisième depuis le début de la crise économique engendrée par la Covid-19. Pour cette nouvelle édition, le gouvernement a choisi de mettre l’accent sur les secteurs économiques les plus fragilisés. Mais ces derniers devront prendre des engagements environnementaux s’ils veulent bénéficier du soutien de l’Etat. Les autres entreprises, qui ont encore du mal à redémarrer malgré le déconfinement, ne sont toutefois pas totalement oubliées.

«Maintenant que l’économie redémarre et que nous sommes en phase de déconfinement, nous devons apporter de nouvelles réponses pour permettre aux secteurs les plus menacés de se redresser», déclarait le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, lors de la présentation du nouveau projet de loi de finances rectificatif pour 2020 (PLFR 2020), le 10 juin dernier, à l’issue du Conseil des ministres. Ce PLFR 2020, le troisième en seulement quatre mois, augmente encore le plan d’urgence de l’Etat, qui passe cette fois-ci de 410 milliards d’euros à 460 milliards d’euros. Pour soutenir les entreprises face à la crise économique engendrée par la pandémie de la Covid 19, l’Etat revendique un engagement sans précédent. Il doit pourtant être relativisé. En effet, ce budget englobe les 300 milliards d’euros accordés pour les prêts garantis par l’Etat, dont environ 100 milliards ont pour l’instant été véritablement engagés.

Par ailleurs, alors que les deux premiers volets du rectificatif budgétaire avaient pour objectif d’apporter de l’oxygène à toutes les entreprises en leur permettant, entre autres, de différer le paiement de leurs charges sociales ou de trouver des financements pour continuer à payer le salaire de leurs collaborateurs et leurs fournisseurs, la dernière édition du PLFR 2020 se concentre en grande partie sur les secteurs les plus fragilisés par la crise. Avec 18 milliards d’euros, le secteur du tourisme, de l’hôtellerie-restauration, de l’événementiel, de la...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner