Fiscalité, Comptabilité, Droit

Réformes

Bruno Le Maire à mi-chemin

Option Finance - 10 juillet 2020 - Alexandra Milleret

Loi PACTE

Après trois années passées à la tête du ministère de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire vient d’être reconduit à Bercy, où il peut se prévaloir d’un bilan plutôt positif. Plusieurs réformes ont été engagées sous sa houlette. Il devra toutefois les concrétiser au cours des dix-huit prochains mois. Surtout, il se sait attendu sur son futur plan de relance, qui doit permettre de limiter l’impact de la crise économique sur les entreprises.

«Je ne suis pas intéressé par Matignon, je veux rester là où je suis pour aller au bout de la mission qui m’a été confiée : transformer l’économie française», martelait, depuis des semaines, Bruno Le Maire. Cela tombe bien : un temps pressenti à Matignon pour remplacer Edouard Philippe, l’ex-élu LR restera finalement à Bercy jusqu’à la fin du quinquennat. Son portefeuille a même été élargi, puisqu’il est désormais également chargé de la relance. Le voilà surtout seul maître à bord du «paquebot» Bercy. Gérald Darmanin étant promu place Beauvau, Bruno Le Maire prend la tête de l’ensemble des administrations du ministère. Une maison qu’il connaît déjà bien pour y avoir mené, depuis trois ans, un certain nombre de réformes qui ont toutes été, dans l’ensemble, bien accueillies par les entreprises.

Une application du programme présidentiel 

En effet, le ministre de l’Economie et des Finances s’est montré très actif au cours de ces trois dernières années. D’abord, il a assoupli la fiscalité des dirigeants d’entreprise, en instaurant un prélèvement forfaitaire unique (PFU ou «flat tax») de 30 % applicable à tous les revenus du capital. «Le fait que les dividendes ne soient plus dorénavant imposés sur le revenu favorise l’actionnariat», souligne Bruno de Laigue, directeur administratif et financier de Business Partners. 

Ensuite, concernant la fiscalité des entreprises, Bruno Le Maire a engagé une baisse progressive de l’impôt sur les sociétés. Celle-ci devait faire passer le taux de 33,3 % à 28 % d’ici 2020, ce qui est encore...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner