Fiscalité, Comptabilité, Droit

Bilan Macron

Les entreprises ne s’y retrouvent plus

Option Finance - 6 mai 2019 - Alexandra Milleret

Réforme, Entreprises

Les entreprises ne s’y retrouvent plus

Depuis ses deux premières années de mandat, Emmanuel Macron a lancé un vaste programme de réformes à destination des entreprises. Toutefois, si une grande majorité d’entre elles l’ont soutenu au début du quinquennat, elles peinent aujourd’hui à constater un réel changement. Sans compter que plusieurs de leurs revendications ne sont toujours pas prises en compte.

En entendant, le 18 avril dernier, lors de sa conférence de presse donnée à l’issue du grand débat national, le président de la République promettre une baisse de 5 milliards d’euros d’impôt sur le revenu financée par la révision de certaines niches fiscales dont elles bénéficient, les entreprises ont été abasourdies. «Elles créent des emplois, investissent, à bon droit, a immédiatement réagi Patrick Martin, président délégué du Medef. Mais elles ne veulent pas être la variable d’ajustement des mesures qui ont été annoncées.» Les entreprises attendaient pourtant beaucoup de ce discours. Elles avaient été nombreuses à participer au grand débat, toutes les organisations patronales ayant joué le jeu en envoyant des propositions. Leur déception a donc été d’autant plus vive qu’elles peinent déjà à ressentir les effets positifs de la politique économique et fiscale engagée par le gouvernement depuis 2017. «La politique économique du gouvernement manque de cohérence, constate Vincent Renoux, avocat associé au cabinet Stehlin & Associés. Les entreprises ne s’y retrouvent plus.»

Pourtant, tout avait bien commencé. Le visage social-libéral et les idées de l’ancien ministre de l’Economie avaient très tôt séduit les entreprises, qui s’étaient réjouies de son élection, promesse d’une plus grande écoute. Le quinquennat avait, ensuite, démarré sur les chapeaux de roue.

Alain Trannoy, économiste, professeur, Ecole d’économie d’Aix-Marseille
Ecole d’économie d’Aix-Marseille

«Le gouvernement a engagé, dès les premières semaines, les réformes annoncées, souligne Alain Trannoy, économiste, professeur à l’Ecole d’économie d’Aix-Marseille. Il faut quand même admettre qu’Emmanuel Macron s’est relativement peu écarté de son programme présidentiel jusqu’à la révolte des Gilets jaunes.»

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Reporting extra-financier

La DPEF fait ses premiers pas

Interview - Jean Bouquot, président de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes

«Avec la loi Pacte, près de 25 % des commissaires aux comptes vont perdre la quasi-totalité de leur activité»