Investisseurs institutionnels

Alain Pestre, directeur financier de la Caisse d’assurance vieillesse des pharmaciens

«Un investisseur de long terme doit revenir sur les marchés lorsque ceux-ci ont beaucoup baissé»

Option Finance - 10 avril 2020 - Propos recueillis par Séverine Leboucher

La caisse de retraite des pharmaciens (CAVP)est l’un des rares régimes par capitalisation en France. Elle gère à ce titre 7,5 milliards d’euros et dispose d’une grande visibilité sur son passif. Cette caractéristique lui donne des marges de manœuvre en matière de gestion d’actifs, qu’elle met à profit pendant la crise du coronavirus. Des spécificités qu’elle entend défendre face au projet de réforme des retraites.

D’où proviennent les ressources que la CAVP est amenée à gérer ?

Notre caisse gère la retraite et la prévoyance des pharmaciens libéraux en officine et des directeurs de laboratoires d’analyses médicales, soit environ 60 000 personnes. Notre spécificité par rapport aux autres caisses de retraite est d’avoir mis en place, dès 1962, un régime par capitalisation en plus du régime de base par répartition. Le but était en effet de répondre au déséquilibre démographique à venir de notre profession. Aujourd’hui, les rentes que nous versons au titre de la capitalisation représentent plus de la moitié de la retraite des pharmaciens libéraux. Contrairement à un régime par répartition pour lequel les actifs cotisent pour financer les pensions des personnes actuellement à la retraite, un régime par capitalisation est un système individualisé : un actif cotise toute sa carrière puis touche une retraite en fonction de ce qu’il a cotisé. Pour la caisse, cela implique des engagements au passif de notre bilan, matérialisés par des provisions mathématiques. A l’actif, nous gérons ces ressources en tenant compte de ces engagements, selon un modèle proche de celui de l’assurance vie. Même si nous ne dépendons pas d’une réglementation comme Solvabilité 2, nous sommes tenus par un ratio de solvabilité que nous avons fixé à 104 % de nos engagements. Sur les 9 milliards d’euros que nous gérons, 1,5 milliard d’euros proviennent des réserves au titre du régime par répartition et 7,5 milliards des provisions de celui par capitalisation.

Quelles sont les spécificités de votre allocation d’actifs sur la partie capitalisation ?

Notre régime date de 50 ans :...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

PODCAST > Joël Prohin, directeur du département gestion des placements à la Caisse des Dépôts

« La rémunération variable de nos gérants est conditionnée par leur performance ESG »

Sophie Elkrief, directrice des investissements et des placements de la Maif

«Il est difficile d’être serein dans un tel contexte»