Stratégie

Parole d’expert - Jean-Francis Dusch, Edmond de Rothschild Asset Management

«Nous contribuons à bâtir avec audace les infrastructures de demain»

Option Finance - 16 octobre 2017 - Communiqué

Edram

Les infrastructures constituent une solution d’investissement alternative de plus en plus prisée par les institutionnels. Gros plan sur l’expertise développée sur ce segment par Edmond de Rothschild Asset Management, avec Jean-Francis Dusch, son directeur de la gestion en dette d’infrastructure.

Jean-Francis Dusch, directeur de la gestion en dette d’infrastructure, Edmond de Rothschild Asset Management
Edmond de Rothschild Asset Management

Comment expliquer l’intérêt croissant des investisseurs pour la dette d’infrastructure ?
La dette d’infrastructure permet de satisfaire les investisseurs à la recherche d’actifs longs, décorrélés de certains facteurs économiques et encadrés juridiquement, dont les caractéristiques garantissent des cash-flows prévisibles et stables. Cette classe d’actifs combine un niveau de risque assez faible et des rendements attrayants.
Au-delà de la performance que peut offrir ce type d’investissement, la dette d’infrastructure permet de contribuer à l’économie réelle. Il s’agit en effet de financer la transition énergétique et l’intermodalité, de favoriser l’accès au savoir (fibre optique), etc. En se positionnant sur ce segment, les investisseurs démontrent qu’ils ont des convictions fortes en matière de développement social et durable et qu’ils sont impliqués dans ce domaine, comme l’est Edmond de Rothschild. En outre, les besoins de financement sont très importants. Depuis 2010, environ 300 milliards d’euros de financement d’infrastructures sont investis dans le monde entier chaque année, dont environ 70 % sont financés par de la dette. Les besoins sont estimés entre 1 500 et 2 000 milliards d’euros d’ici à 20201 en Europe.

Quelle est votre valeur ajoutée sur cette classe d’actifs ?
Rappelons que depuis sa création, le groupe Edmond de Rothschild s’est fortement impliqué dans le financement d’infrastructures. Au XIXe siècle, il a été un acteur clé pour la construction du Canal de Suez et des lignes de chemin de fer en Europe. Cet engagement historique nous a donné la légitimité pour lancer notre plateforme de dette d’infrastructure BRIDGE, en 2014.
Compte tenu des relations de proximité que nous avons développées avec les sponsors, notre objectif est de mettre en place un portefeuille propriétaire, notamment à travers des transactions bilatérales ou en mini-club deal. Le fait d’endosser le rôle de chef de file nous permet de structurer les transactions et d’en négocier les termes et conditions afin de mettre en place les sûretés assurant la protection des investisseurs institutionnels. Nous nous appuyons sur une équipe de 11 personnes basées à Londres. Nos collaborateurs ont une expérience solide en banque d’investissement en matière de financement de projets et de gestion des risques sur la durée des financements octroyés, à laquelle vient s’ajouter une expérience industrielle. La compréhension des aspects techniques d’un projet est en effet primordiale pour apprécier sa pertinence.

Quels types de transactions privilégiez-vous ?
Notre plateforme, qui comprend quatre véhicules d’investissement pour des encours totaux de 1,2 milliard d’euros2, se concentre actuellement sur le volet de la dette senior sécurisée et investment grade en termes de qualité globale du portefeuille. Notre objectif est de couvrir tous les secteurs (les transports, les infrastructures sociales, les services publics, les énergies renouvelables, les communications, etc.) et nous assurons aussi bien le financement de projets nouveaux (greenfield) que le refinancement ou les acquisitions d’actifs matures (brownfield). Ceci nous apporte une diversification naturelle en termes de risques. Pour l’heure, nous avons investi  850 millions sur 22 transactions.
Parmi les véhicules de la plateforme, BRIDGE Europe respecte les conditions d’éligibilité des actifs d’infrastructure définies par la Commission européenne dans le cadre de la directive Solvabilité 2, ce qui est avantageux pour les assureurs qui veulent investir dans ce domaine.

Envisagez-vous d’élargir votre champ d’intervention ?
Nous sommes pour le moment concentrés sur l’Europe mais nous allons progressivement étendre notre couverture géographique. C’est une évolution naturelle pour notre plateforme d’investissement. Par ailleurs, nous projetons de nous positionner sur d’autres types d’instruments de financement, par exemple sur des stratégies à haut rendement.

«Tout investissement présente des risques et notamment un risque de perte en capital. Les véhicules d’investissement BRIDGE sont destinés uniquement à des investisseurs professionnels ou équivalents. Ils ne bénéficient d’aucune garantie ni protection. Toute personne intéressée doit s’assurer préalablement auprès de ses conseils habituels qu’elle est juridiquement autorisée à souscrire les produits. Tout investissement dans BRIDGE ne pourra se faire que sur la base des documents qui seront mis gratuitement à disposition des investisseurs préalablement à tout investissement par le groupe Edmond de Rothschild. Pour BRIDGE Europe, société de gestion : Edmond de Rothschild Asset Management (Luxembourg), délégataire de gestion : Edmond de Rothschild Asset Management (UK) Ltd.»
1. Rapport stratégique UE 2020.
2. Données au 30/09/2017.