Carrières

Organisation

DAF et DRH : unis dans la crise !

Option Finance - 26 Juin 2020 - Alexandra Milleret

Ressources humaines, Administration, Crise sanitaire, Directions financières

Confrontées pour la plupart à l’arrêt partiel ou total de leur activité, les entreprises ont dû s’affairer, durant la période du confinement, à maintenir leur trésorerie à flot tout en veillant à préserver la santé de leurs collaborateurs. Un contexte qui a le plus souvent amené la direction financière et celle en charge des ressources humaines à travailler main dans la main.

L’heure du déconfinement n’a pas encore tout à fait sonné pour les entreprises. «Même si le télétravail n’est la panacée», selon les propos du ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, il est encore de rigueur dans la plupart des entreprises. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant que l’activité économique des entreprises n’a pas déjà repris. Mieux, grâce au télétravail, certaines n’ont jamais réellement cessé de travailler malgré le confinement, démarré le 17 mars dernier.

Pour celles-ci, il a tout de même fallu réorganiser en interne le fonctionnement des équipes. Dans cette perspective, ce sont les directeurs administratifs et financiers et ceux des ressources humaines qui ont été à la manœuvre. Ils ont dû collaborer «main dans la main» depuis le premier jour du confinement. «D’habitude, je travaille avec les responsables des ressources humaines au moment de la construction d’un processus budgétaire en début d’année, notamment lorsqu’il faut estimer le coût de la masse salariale sur l’année, les perspectives d’embauches, le coût des formations, etc., explique Anthony Guez, directeur administratif et financier à temps partagé et président du cabinet Mindset Finance. Or, depuis le début de la crise économique du Covid-19, l’objectif de cette collaboration interservices est de trouver des solutions communes afin de maintenir une cohésion d’équipes malgré le télétravail tout en garantissant la survie financière de l’entreprise.»

Des priorités budgétaires corrigées par les directeurs financiers

En effet, les deux fonctions sont plus que jamais complémentaires. Il faut dire que le confinement a été brutal. Alors que beaucoup d’entreprises avaient bien démarré l’année 2020, leur activité a été stoppée net du jour au lendemain, conduisant – pour des raisons sanitaires – les salariés à rester chez eux. Une situation qui a grandement perturbé les directions financières. «A partir du 17 mars dernier, nous avons dû revoir drastiquement nos prévisions d’activité en prenant en compte le caractère exceptionnel et incertain de la situation, se souvient Jean-Baptiste Bonhoure, directeur administratif et financier et directeur des ressources humaines de Loisirs Enchères, site de ventes de voyages et de loisirs en ligne. Les voyages sont devenus interdits, nous obligeant à trouver, avec nos partenaires (tour operators, hôtels, etc.), des solutions de remboursement, de dédommagement ou de report pour nos clients. La situation sanitaire nous a forcés à nous recentrer sur une gestion de la trésorerie au jour le jour.»

Dans ce contexte, les priorités des directions financières ont donc évolué pour prioriser le maintien à flot de la trésorerie. «Au moment du confinement, nous venions de boucler le budget pour l’année 2020, indique Chloé Pouget, directrice administrative et financière et directrice des ressources humaines chez UpSlide, société proposant, sous forme d’abonnement, un logiciel qui facilite l’usage de Microsoft Office pour les professionnels de la finance. Nous avons dû tout refaire. Pour cela, nous avons passé beaucoup de temps à étudier de nouvelles analyses financières et à réfléchir à différents scénarios de crise afin d’anticiper au mieux le taux de défaut ou de renouvellement de nos abonnements clients. En effet, certains de nos clients ont vu leur activité s’arrêter, ce qui les a obligés à réduire le nombre de leurs licences alors que d’autres, comme les activités de restructuring, ont au contraire été très sollicités pendant la crise et ont eu besoin de nos services.»

En conséquence, beaucoup de chantiers qui devaient être engagés cette année ont été repoussés. «Nous avons reporté nos projets de recrutements non stratégiques et une partie de notre campagne marketing à 2021», déplore Fabien Dawidowicz, directeur administratif et financier de Spendesk.

Des réorientations de poste par les directeurs des ressources humaines

Mais dans cette mission de sauvegarde de la trésorerie, les directions financières ont pu compter sur le soutien de leurs collègues des ressources humaines.

Pour gérer une baisse momentanée de leurs activités dues au confinement et la baisse de leur chiffre d’affaires, beaucoup d’entreprises n’ont pas hésité à recourir massivement au chômage partiel, dont le dispositif a été allégé par le gouvernement pour recouvrir à 100 % les dépenses salariales engagées. Mais le placement en chômage partiel n’a pas toujours été jugé comme la solution la plus pertinente par les directions des ressources humaines des entreprises. Certaines ont préféré réinventer tout un pan de leur activité. «Notre offre prévoit une formation à notre logiciel sur l’ordinateur de nos clients, explique Chloé Pouget. Or, avec le confinement, poursuivre cette mission était devenue impossible. Aussi pour continuer à proposer la même qualité de service à nos clients, nous avons repensé nos modèles de formation en créant des webinars en ligne, par exemple pour s’adapté aux contraintes du confinement.»

Par ailleurs dans certains groupes, des collaborateurs qui officiaient dans des activités affectées par la crise sont venus prêter main-forte à leurs collègues fortement sollicités. Ainsi, chez Loisirs Enchères, par exemple, les collaborateurs qui travaillaient d’ordinaire sur la vente de voyages en ligne sont venus renforcer les équipes commerciales de produits de grande consommation. «Nous avons été obligés de nous diversifier», explique Jean-Baptiste Bonhoure, dont la double casquette financière et ressources humaine a permis de visualiser facilement les besoins financiers et humains de l’entreprise. «Certains collaborateurs ont donc été réaffectés sur nos activités de ventes de produits high-tech (tablettes, imprimantes, objets connectés) et de décoration, très prisés pendant le confinement.»

Enfin, pour épauler leurs collègues des services financiers, des directions des ressources humaines ont parfois décidé de réorienter des salariés vers des missions purement comptables. «Notre gestionnaire administration des ventes a passé tout son temps sur la relance clients et la facturation, ce qui nous a permis de collecter la trésorerie dont nous avions besoin et de ne pas solliciter d’aides de la part du gouvernement», se félicite Chloé Pouget.

Une entraide bienvenue entre les directions financières et celles des ressources humaines, qui aura sans nul doute encore de beaux jours devant elle alors que les entreprises vont bientôt devoir plancher sur leur budget 2021. 

Des initiatives pour réussir le déconfinement des entreprises

  • Pour gérer le retour au bureau de leurs collaborateurs, les entreprises peuvent compter, depuis quelques semaines, sur le soutien des communautés de directeurs financiers. CFO Connect, par exemple, communauté composée de 3 100 membres en France, a organisé des réunions via des webinars afin que les directeurs financiers puissent échanger leurs bonnes pratiques sur la gestion du déconfinement. 
  • De même, la banque publique d’investissement, Bpifrance, a joué aussi la carte de l’accompagnement des entreprises avec des conseils en ligne sur la continuité du travail, le droit de retrait des salariés ou encore la réintégration des salariés dans les locaux.