Communauté financière

Bourse

Publications trimestrielles : stop ou encore ?

Option Finance - 27 mai 2019 - Arnaud Lefebvre

Bourse

Publications trimestrielles : stop ou encore ?

Déjà optionnelle en Europe pour les groupes cotés, la publication trimestrielle des résultats fait actuellement l’objet d’une remise en cause aux Etats-Unis. Pour ses détracteurs, ce rythme de communication financière contribue en effet à exacerber la volatilité sur les cours de Bourse des émetteurs en incitant les investisseurs à privilégier une approche court-termiste. Mais tous les responsables financiers d’entreprises ne sont pas de cet avis.

En février dernier, l’Autriche remettait le sujet des publications trimestrielles sur le devant de la scène. S’appuyant sur une disposition adoptée par l’Union européenne en 2015, mais dont peu de places boursières et peu d’émetteurs se sont saisis jusqu’à présent hormis outre-Manche (voir encadré), le président de la Bourse de Vienne a annoncé la suppression, pour les sociétés cotées sur celle-ci, de l’obligation de publier leurs résultats trimestriels. Visant avant tout à rappeler aux entreprises qu’elles bénéficient d’une telle souplesse en Europe, cette décision n’en reste pas moins importante, car elle s’inscrit dans un mouvement plus général de remise en cause de ce rythme de publication. En effet, les Etats-Unis ont récemment ouvert une brèche supplémentaire. Il y a presque un an jour pour jour, l’investisseur Warren Buffet et le président-directeur général de JPMorgan, Jamie Dimon, appelaient dans une tribune parue dans le Wall Street Journal à abandonner ce rythme de communication. Deux mois et demi plus tard, Donald Trump rebondissait en suggérant, dans un tweet, d’adopter une fréquence semestrielle. Il n’en fallait pas plus pour amener la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la Bourse américaine, à lancer une consultation sur cette thématique, qui vient à peine de se clore.

De violentes corrections

Que ce soit en Europe ou outre-Atlantique, cette réflexion découle du même constat : publier des performances financières tous les trois mois inciterait les investisseurs à adopter une vision court-termiste, soulevant ainsi deux problèmes majeurs.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»