Ingénierie financière

Négociations

Les acheteurs cherchent à reprendre la main

Option Finance - 27 novembre 2020 - Arnaud Lefebvre

Fusions-acquisitions

En dépit de ses impacts économiques, la crise sanitaire n’a jusqu’à présent pas incité les entreprises françaises, PME comme grands groupes, à stopper leurs projets de croissance externe. Face au manque de visibilité quant aux perspectives de rebond de l’activité, les acheteurs tendent cependant à se montrer plus prudents… tandis que certains groupes cotés, craignant de faire l’objet d’approches hostiles, cherchent à renforcer leurs dispositifs anti-OPA.

Devoir renoncer à une acquisition sous la pression officieuse d’un gouvernement, le cas de figure n’est pas rare. Publier la lettre d’un ministre pour justifier son intention d’abandonner un projet de rachat d’entreprise est en revanche inédit. En septembre dernier, LVMH a ainsi dévoilé un courrier du ministre français des Affaires étrangères lui demandant de différer l’acquisition de Tiffany au-delà du 6 janvier 2021, soit après la date butoir prévue dans l’accord conclu par les deux parties en novembre 2019. Une missive qui tombait à point pour le groupe présidé par Bernard Arnault. Déjà très critique quant à la manière dont le management de la cible avait géré la crise sanitaire, il a aussitôt annoncé qu’il ne pouvait plus «en l’état» réaliser le deal… jusqu’à ce que les deux parties, suite à une série de recours judiciaires, ne finissent par trouver un terrain d’entente pour sauver la plus importante transaction jamais enregistrée dans le secteur de luxe.

Des dates de closing repoussées

Même si la taille et la renommée des deux groupes ont contribué à médiatiser le dossier, ce dernier illustre bien un mouvement de fond observé depuis le début de la crise sur le marché M&A mondial, et notamment français. Alors que les transactions ont repris au troisième trimestre, beaucoup d’acquéreurs hésitent encore à poursuivre un projet de croissance externe initié avant la pandémie et veulent, a minima, en rediscuter les modalités. «De nombreux contrats relatifs à des projets d’acquisition négociés avant le premier...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Jérôme Sutour, avocat associé du cabinet CMS Francis Lefebvre Avocats

"Suite au Brexit, deux scénarios sont possibles pour les services financiers"

Daniel Bacqueroët, président de l’Association des directeurs financiers et de contrôle de gestion (DFCG)

«Ces derniers mois, les directions financières ont été les garantes de la confiance placée dans les entreprises»